Mood #1

Personnellement, manger occupe 80% de mes pensées.

Ha manger… Ce que je vais pouvoir cuisiner ce soir, quel restaurant choisir pour ce mardi midi avec les collègues, ce qui m’attend dans ma lunch box, m’arrêter à tel endroit pour acheter tel produit de saison, penser à prendre une pâtisserie à déguster devant le replay de Top Chef, etc.

Mais pour beaucoup des gens, les pensées autour de la nourriture prennent une tournure anxiogène, elles sont souvent teintées de doutes et de culpabilité.

A quel moment en est-on arrivé là ?

Nous avons la chance qu’une de nos fonctions biologiques vitales soit aussi source de plaisir infini (bon, on a d’autres fonctions biologiques sympas et sources de plaisir MAIS ON S’EGARE DU SUJET LÀ) et pourtant, c’est très fréquemment devenu une véritable souffrance.

C’est cette souffrance, cette bataille entre vous et les aliments, cette méfiance à l’égard de la nourriture et du corps qu’il faut tenter d’apaiser.

manger : food first, family second

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.